FR-Evangile-Illustre-2016-01-21-2019-01-24.jpg
January 23, 2020 - Saint Ildefonse de Tolède
Logo Évangile
L'évangile du jour
Les esprits impurs criaient : “Toi, tu es le Fils de Dieu !” (Mc 3, 7-12)

En ce temps-là, Jésus se retira avec ses disciples près de la mer, et une grande multitude de gens, venus de la Galilée, le suivirent. De Judée, de Jérusalem, d’Idumée, de Transjordanie, et de la région de Tyr et de Sidon vinrent aussi à lui une multitude de gens qui avaient entendu parler de ce qu’il faisait. Il dit à ses disciples de tenir une barque à sa disposition pour que la foule ne l’écrase pas. Car il avait fait beaucoup de guérisons, si bien que tous ceux qui souffraient de quelque mal se précipitaient sur lui pour le toucher. Et lorsque les esprits impurs le voyaient, ils se jetaient à ses pieds et criaient : « Toi, tu es le Fils de Dieu ! » Mais il leur défendait vivement de le faire connaître.


Logo Méditation des Carmes
Méditer avec les Carmes
armenia-1-GIMP

Jésus demande à ses disciples de tenir une barque à sa disposition.

Pourquoi ? Parce que la foule le serre de près et que tous se précipitent sur lui pour le toucher. La barque va donc résoudre deux problèmes à la fois :

- comment se faire entendre d'une foule si ce n'est en prenant un minimum de recul ?

 La barque s'éloignera du rivage ; Jésus utilisera le plan d'eau comme porte-voix.

- comment échapper à la pression de la foule ? Là encore en prenant du recul.

La barque va permettre à Jésus de continuer son travail de prédicateur sans être pris à tout moment dans la cohue.

Dans ce réflexe de Jésus montant dans la barque, il y a pour nous un enseignement, tout simple, mais qui peut aller profond dans notre cœur.

Jésus veut, avant tout, être entendu; il veut que sa parole parvienne à nous, à notre intelligence, à notre cœur. Les gens le pressent, voudraient le toucher pour être guéris dans leur corps ;  Jésus répond, en quelque sorte : "Écoutez-moi d'abord ; écoutez-moi, pour être guéris dans votre cœur ."

Nous aussi, dans l'action et surtout dans la prière,

nous voudrions toucher les choses de Dieu, le mystère du Christ ;

nous aimerions sentir la foi, la joie d'espérer ;

nous avons comme besoin de savoir où nous en sommes, ou d'expérimenter que le Seigneur est bien là.

Et Jésus de nous dire: "Écoute-moi d'abord; c'est l'unique nécessaire;

tu cherches mon amitié, alors laisse-moi te parler;

entre dans mes paroles, entre dans mon projet de vie, entre dans ma vie."

À certaines heures. Il arrive même que Jésus marque une certaine distance, pour mieux se faire entendre. Plus moyen de le toucher : il est dans la barque.

 Seule sa voix nous parvient ; il nous parle de bonheur :

 bienheureux les doux,

 bienheureux les cœurs purs,

 bienheureux les artisans de paix.


Logo Maria Valtorta
Dans les visions de Maria Valtorta
img-book-3.jpg
Date
13 février 28
Lieu
Gorges d'Arbel
Livre
Tome 3 - ch 166.2
2ème année vie publique

       (...) « Voici mes apôtres. Ils sont autant de Christ, car je les ai choisis pour cela. Adressez-vous à eux en toute confiance. Ils ont appris de moi tout ce dont vous avez besoin pour vos âmes… »

       Les apôtres regardent Jésus d’un air effaré. Mais lui sourit et poursuit :

       « … et ils apporteront à vos âmes la lumière des étoiles et le rafraîchissement de la rosée pour vous empêcher de languir dans les ténèbres. Ensuite, je viendrai et je vous procurerai la plénitude du soleil et des flots, ainsi que toute la sagesse pour vous rendre forts et heureux d’une force et d’une joie surnaturelles. Paix à vous, mes enfants. D’autres m’attendent, qui sont plus malheureux et plus pauvres que vous. Mais je ne vous laisse pas seuls. Je vous laisse mes apôtres, et c’est comme si je laissais les fils de mon amour aux soins des plus affectueuses et des plus sûres des nourrices. »

       Jésus fait un geste d’adieu et de bénédiction et s’éloigne en fendant la foule qui refuse de le laisser partir. C’est alors que se produit le dernier miracle, celui d’une petite vieille à demi paralysée, amenée là par son petit-fils. Elle agite joyeusement son bras droit jusqu’alors inerte et s’exclame :

       « Il m’a effleurée de son manteau et me voilà guérie ! Je ne le lui demandais même pas, parce que je suis vieille… mais il a eu pitié de mon désir secret. Il m’a effleuré le bras de son manteau, d’un pan de son manteau, il m’a guérie ! Ah, quel grand fils a eu notre saint David ! Gloire à son Messie ! Voyez donc ! Regardez ! Ma jambe bouge elle aussi, comme mon bras… Oh ! Je suis comme à vingt ans ! »

       L’affluence d’un grand nombre de personnes vers la vieille femme, qui crie son bonheur à pleine voix, permet à Jésus de se dégager sans en être empêché. Les apôtres le suivent.

Jésus Aujourd'hui est une application qui nécéssite l'utilisation d'un navigateur moderne et l'activation de Javascript.

Il semble que votre navigateur ne remplisse pas ces conditions, pour résoudre ce probleme veuillez essayer ce qui suit :