FR-Evangile-Illustre-2016-01-20-2019-01-23.jpg
January 22, 2020 - Saint Vincent
Logo Évangile
L'évangile du jour
« Est-il permis, le jour du sabbat, de sauver une vie ? » (Mc 3, 1-6)

En ce temps- là, Jésus entra de nouveau dans une synagogue ; il y avait là un homme dont la main était atrophiée. On observait Jésus pour voir s’il le guérirait le jour du sabbat. C’était afin de pouvoir l’accuser. Il dit à l’homme qui avait la main atrophiée : « Lève-toi, viens au milieu. » Et s’adressant aux autres : « Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal ? de sauver une vie ou de tuer ? » Mais eux se taisaient. Alors, promenant sur eux un regard de colère, navré de l’endurcissement de leurs cœurs, il dit à l’homme : « Étends la main. » Il l’étendit, et sa main redevint normale. Une fois sortis, les pharisiens se réunirent en conseil avec les partisans d’Hérode contre Jésus, pour voir comment le faire périr. 


Logo Méditation des Carmes
Méditer avec les Carmes
armenia-1-GIMP

"Le Fils de l'homme est maître, même du sabbat", ainsi se terminait l'Évangile que nous lisions hier, et nous avons du mal à imaginer à quel point de telles paroles pouvaient remuer, étonner, chacun des auditeurs de Jésus.

Le Fils de l'homme, c'est-à-dire l'envoyé de Dieu tel que le décrivait le prophète Daniel, est maître, même du sabbat, comprenons : il a le pouvoir d'interpréter aux hommes la volonté de Dieu, même le commandement du repos sabbatique.

Sur un point, les adversaires de Jésus ne se trompaient pas : Jésus revendiquait bien une sorte d'égalité avec Dieu, et cela devait effectivement paraître blasphématoire... À moins que Jésus ne donne des preuves de sa mission, et de son pouvoir divin. Et c'est ce qu'il fait en appelant le paralysé : "Viens te mettre là, devant tout le monde...". L'homme n'a rien demandé, et c'est Jésus qui prend l'initiative, mais, comme toujours dans les Évangiles, le miracle s'adressera directement à la foi, ici à la foi de tous les témoins dans la synagogue, et Jésus joint à son geste de guérison une catéchèse sur le sabbat, qui est en même temps un enseignement sur sa personne.

Les théologiens, du temps de Jésus, se rendaient compte que Dieu ne cessait pas vraiment d'œuvrer le jour du sabbat, sinon, disaient-ils, la nature et les vivants cesseraient d'exister. Or les hommes continuent de naître et de mourir, même le jour du sabbat. Un rabbi (R.Yohanan) expliquait :"Dieu a gardé dans sa main trois clés, qu'il ne confie à personne : la clé de la pluie, la clé de la naissance, la clé de la résurrection des morts (jugement)". Aucun doute pour les rabbins : Dieu utilisait ces clés même le jour du sabbat.

On saisit, dès lors, le raisonnement de Jésus : "Vous me reprochez de sauver une vie le jour du sabbat. Mais vous admettez bien que ce jour-là Dieu fasse œuvre de vie ! Laissez-moi donc agir pour la vie, et reconnaissez que je fais l'œuvre même de Dieu …"Je suis maître du sabbat... J'ai reçu la clé du sabbat !".

La main paralysée qui se remet à vivre, c'est, aux yeux de Jésus, une preuve de son pouvoir divin : tout comme Dieu, uni à son Père, Jésus a la puissance de faire vivre et revivre. Pour ses ennemis aveuglés, ce miracle est une raison de le faire mourir : "Une fois sortis, les Pharisiens se réunirent avec les politiciens (partisans d'Hérode) pour voir comment faire mourir Jésus". C'est la tentation de l'incroyance à toute époque : on retourne contre Dieu même ses preuves d'amour.

Quant à nous qui avons trouvé en Jésus Sauveur le sens de notre vie, de notre présence sur terre et de tous nos dévouements, approchons-nous, dans la foi, pour être guéris des paralysies de notre intelligence et de notre cœur ; approchons-nous de Jésus, maître de la vie, et tendons-lui, sans attendre, notre âme desséchée.


Logo Maria Valtorta
Dans les visions de Maria Valtorta
guerison-d-un-homme-a-la-main-seche.jpg
Date
8 juillet 28
Lieu
Capharnaüm
Livre
Tome 4 - ch 263.1
2ème année vie publique

       Jésus entre dans la synagogue de Capharnaüm qui se remplit lentement de fidèles, car c’est le sabbat. Ils sont stupéfaits de le voir. Tous se le montrent du doigt en chuchotant, et quelqu’un tire le vêtement de tel ou tel apôtre pour demander quand ils sont revenus en ville, car personne ne savait qu’ils étaient de retour.

       « Nous venons juste de débarquer au “ Puits du figuier ” en arrivant de Bethsaïde, pour ne pas faire un pas de plus qu’il n’est permis, mon ami » répond Pierre à Urie le pharisien.

       Ce dernier, blessé de s’entendre appeler “ mon ami ” par un pêcheur, part dédaigneusement rejoindre les siens au premier rang.

       « Ne les excite pas, Simon ! L’avertit André.

       – Les exciter ? Il m’a interrogé et j’ai répondu en ajoutant que nous avions évité de marcher, par respect pour le sabbat.

       – Ils diront que nous avons trimé en barque…

       – Ils en viendront à dire que nous trimons rien qu’en respirant ! Imbécile ! C’est la barque qui fait les efforts, c’est le vent et l’eau, pas nous quand nous allons en barque… »

       André encaisse la réprimande et se tait.

       Après les prières préliminaires vient le moment de la lecture d’un passage et son explication. Le chef de la synagogue demande à Jésus de le faire, mais Jésus montre les pharisiens en disant :

       « Qu’ils le fassent, eux. »

       Mais, comme ils s’y refusent, il doit s’en charger lui-même.

       Jésus lit le passage du premier livre des Rois où l’on raconte comment David, trahi par les habitants de Ziph, fut signalé à Saül qui était à Gabaa. Il rend le rouleau et commence à parler.

       « Violer le précepte de la charité, de l’hospitalité, de l’honnêteté, est toujours mal. Mais l’homme n’hésite pas à le faire avec la plus grande indifférence. Nous avons ici un double récit de cette violation et la punition de Dieu qui la sanctionna. La conduite des habitants de Ziph était fourbe. Celle de Saül ne l’était pas moins. Les premiers étaient vils à cause de leur intention de se concilier le plus fort et d’en tirer profit. Le second l’était parce qu’il comptait se débarrasser de l’oint du Seigneur. C’est donc l’égoïsme qui les associait. Or, le faux et pécheur roi d’Israël ose donner à leur indigne proposition une réponse où le Seigneur se trouve nommé : “ Soyez bénis par Dieu. ”

       Dérision à l’égard de la justice de Dieu ! Dérision habituelle ! On invoque trop souvent le Nom du Seigneur et sa bénédiction sur les méchancetés de l’homme, au titre de récompense ou de garantie. Il est dit : “ N’invoque pas en vain le nom de Dieu. ” Or peut-il y avoir chose plus vaine – pire : plus mauvaise – que celle de l’invoquer pour accomplir un crime contre son prochain ? C’est pourtant un péché plus commun que tout autre, accompli avec indifférence même par ceux qui sont toujours les premiers dans les assemblées du Seigneur, dans les cérémonies et dans l’enseignement. Rappelez-vous que c’est un péché de chercher, noter, préparer tout ce qui peut nuire au prochain. C’est aussi un péché de faire chercher, noter, préparer par d’autres tout ce qui peut nuire au prochain. C’est amener les autres au péché en les tentant par des récompenses ou des menaces de représailles.

       Je vous préviens que c’est un péché. Je vous préviens qu’une telle conduite est égoïsme et haine. Or vous savez que la haine et l’é­goïsme sont les ennemis de l’amour. Je vous le fais remarquer parce que je me soucie de vos âmes. Parce que je vous aime. Parce que je ne veux pas que vous soyez pécheurs. Parce que je ne veux pas que Dieu vous punisse, comme il advint à Saül qui, pendant qu’il poursuivait David pour s’en saisir et le tuer, vit son pays détruit par les Philistins. En vérité, cela arrivera toujours à ceux qui nuisent à leur prochain. Leur victoire durera autant que l’herbe des prés. Elle aura vite fait de pousser, mais aussi de sécher et d’être écrasée par les pieds indifférents des passants. Alors qu’une bonne conduite, une vie honnête, peine à percer et à s’affermir, mais, une fois formée comme vie habituelle, elle devient un arbre puissant et touffu que les tourbillons eux-mêmes ne sauraient arracher et que la canicule ne brûle pas. En vérité, celui qui est fidèle à la Loi, mais réellement fidèle, devient un arbre puissant que les passions ne plient pas, et qui n’est pas brûlé par le feu de Satan. J’ai parlé. Si quelqu’un veut ajouter quelque chose, qu’il le fasse.

       – Nous te demandons si c’est pour nous, les pharisiens, que tu as parlé.

       – La synagogue serait-elle pleine de pharisiens ? Vous êtes quatre. La foule comprend des centaines de personnes. La parole est pour tout le monde. (…)

Jésus Aujourd'hui est une application qui nécéssite l'utilisation d'un navigateur moderne et l'activation de Javascript.

Il semble que votre navigateur ne remplisse pas ces conditions, pour résoudre ce probleme veuillez essayer ce qui suit :