FR-Evangile-Illustre-2015-08-04
August 3, 2020 - Sainte Lydie
Logo Évangile
L'évangile du jour
« Confiance ! c’est moi ; n’ayez plus peur ! » (Mt 14, 22-36)

Jésus avait nourri la foule dans le désert. Aussitôt il obligea les disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, pendant qu’il renverrait les foules. Quand il les eut renvoyées, il gravit la montagne, à l’écart, pour prier. Le soir venu, il était là, seul. La barque était déjà à une bonne distance de la terre, elle était battue par les vagues, car le vent était contraire. Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux en marchant sur la mer. En le voyant marcher sur la mer, les disciples furent bouleversés. Ils dirent : « C’est un fantôme. » Pris de peur, ils se mirent à crier. Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez plus peur ! » Pierre prit alors la parole : « Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux. » Jésus lui dit : « Viens ! » Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus. Mais, voyant la force du vent, il eut peur et, comme il commençait à enfoncer, il cria : « Seigneur, sauve-moi ! » Aussitôt, Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba. Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent : « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! » Après la traversée, ils abordèrent à Génésareth. Les gens de cet endroit reconnurent Jésus ; ils firent avertir toute la région, et on lui amena tous les malades. Ils le suppliaient de leur laisser seulement toucher la frange de son manteau, et tous ceux qui le faisaient furent sauvés.


Logo Méditation des Carmes
Méditer avec les Carmes
foret-GIMP.png

L'Évangéliste Matthieu avait sans doute un faible pour saint Pierre, en tout cas il ne manque pas une occasion de le mettre en vedette aux côtés de Jésus.

Jésus est resté dans la montagne...

Jésus est loin et les disciples luttent presque toute la nuit contre la mer démontée et contre le vent. Les disciples sont en difficulté, et Jésus prolonge sa prière. C'est seulement dans le dernier quart de la nuit qu'il rejoint la barque en marchant sur les eaux, accomplissant ce que le Ps 77 disait de Dieu lui-même, le Dieu vainqueur au jour de la Mer Rouge :

"Sur la mer fut ton chemin, ton sentier sur les eaux innombrables ; et tes traces, nul ne les connut".

À bord, c'est l'affolement. Tout le monde crie. Jésus, de loin, calme son monde : "Confiance, c'est moi, n'ayez pas peur !". Cette voix, dans le vent, est bien celle de Jésus, et la silhouette lui ressemble. Mais comment un homme peut-il être debout sur le lac en furie ?

Pierre réagit le premier à la voix. C'est dans les grandes occasions qu'il se révèle, et Jésus ne s'est pas trompé en le choisissant. Il faut prendre une décision : si vraiment c'est le Seigneur, il faut l'accueillir tout de suite. Mais comment savoir ? C'est alors que Pierre prend l'initiative : "Seigneur, si c'est bien toi, ordonne-moi de venir vers Toi sur les eaux !"

Est-ce présomption ? Est-ce un goût de l'extraordinaire ? Non : c'est simplement une intuition géniale de la foi de Pierre : si c'est le Seigneur, je peux être où il est, je peux le rejoindre là où il parle, je peux tenir debout par sa puissance.

Et dans le vent, la même voix calme se fait entendre : "Viens !". C'est bien le Seigneur ! D'un bond, Pierre se retrouve sur l'eau. Il marche, comme Jésus a marché ! Mais le vent ne faiblit pas ; Pierre peine ; il prend peur ; il pense maintenant plus à la force du vent qu'à la force de Jésus. Et voilà qu'il enfonce : "Seigneur, sauve-moi !"

Pierre saisit la main que Jésus lui tend, et cette main, rien que cette main, le raffermit sur l'eau. "Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ?"

Jésus avait aimé l'audace de Pierre. C'était le plus beau geste que la foi ait suscité chez un disciple. Pierre faisant une folie de confiance : quelle récompense pour Jésus ! quel espoir pour l'avenir !

Mais la peur a tout gâché. Non pas tout, car le geste était beau, et à lui seul il a comblé Jésus de joie. Le brave Pierre : en voilà un qui sait compter sur son Seigneur !

Quand ils montent tous deux dans la barque, brusquement le vent tombe, comme s'il voulait s'agenouiller, lui aussi, avec les disciples, comme s'il se mettait à l'unisson de leur liturgie.

"Vraiment, tu es Fils de Dieu", disent les compagnons de Pierre. La foi du Rocher a été contagieuse. Il se souviendra longtemps de cette nuit-là, et nous aussi, nous pouvons nous en souvenir pour nourrir notre espérance, car cette aventure spirituelle que Pierre a vécue est pour nous l'histoire du second appel, non pas le premier appel que nous avons perçu, comme Pierre au début : "Viens à ma suite", mais le second appel qui vient tôt ou tard après les tempêtes ou dans les tempêtes de la vie consacrée, au moment où l'on ne peut plus compter sur rien, hormis Dieu.

Nous luttons, longtemps parfois, contre les vents contraires de la vie, contre les bourrasques de l'aventure fraternelle, contre les tentations de facilité, contre l'usure de la joie missionnaire, contre la lassitude de prier ou les refus de dialogue. Mais rien n'y fait, car Jésus n'est pas là, du moins il nous semble qu'il n'est pas vrai­ment là où nous souffrons. En réalité, dans la tempête il s'est rapproché de nous. Alors, dans un sursaut de foi, nous disons : là où il est, je peux être, moi aussi ; là où il va, je veux aller, moi aussi ; pour moi, vivre, c'est le Christ.

Et c'est bien cela que Jésus attend de nous : une confiance audacieuse, au-delà de toutes les impressions, au-delà de tout ce qui s'agite dans notre cœur ou notre intelligence. Mais désormais c'est lui seul qu'il faut regarder. Quand on se regarde soi-même, on perd de vue l'horizon. Quand on regarde ses pieds, on enfonce. "Homme de peu de foi, femme de petite foi, pourquoi as-tu douté ?"

C'est une aventure communautaire en même temps qu'une aventure personnelle que nous fait vivre la foi : une aventure personnelle dans une aventure communautaire.

Tous peinent à faire avancer la barque ; tous se méprennent sur l'identité de Celui qui vient à eux, tous ont peur à l'approche de Jésus, tous se prosternent ensuite dans la barque.

Pierre seul s'enhardit à demander au Seigneur : "Ordonne-moi de venir à Toi". Pierre seul entend l'appel personnel de Jésus : "Viens !". Pierre seul se sent enfoncer dans la mer et crie : "Seigneur, sauve-moi !". Seul il connaît la seconde peur, alors même qu'il s'approche de Jésus. Seul il a perçu la force de la main du Christ.

Nous connaissons, nous aussi, ces appels du Seigneur qui nous arrivent dans la tempête ; "Viens", dit Jésus ."Viens à moi, reviens à moi". Mais cela nous semble impossible, parce que les bourrasques de la vie sont trop fortes, parce que notre vie nous apparaît sous le signe de l'échec, parce que, pour Le rejoindre, il faudrait marcher sur la houle, avancer, sans appui, sur un chemin mouvant.

Pour parvenir à la paix, il nous faut accepter un chemin d'insécurité, ne pas cesser de regarder Celui qui nous appelle, et ne pas lâcher la main qu'Il nous tend toujours.

Homme de peu de foi, femme à la foi fragile, pourquoi as-tu douté ? pourquoi n'as-tu pas osé faire confiance ?


Logo Maria Valtorta
Dans les visions de Maria Valtorta
jesus-marche-sur-les-eaux.jpg
Date
29 août 28
Lieu
Tarichée
Livre
Tome 4 - ch 274.1
Deuxième année vie publique

       La soirée est avancée. Il fait presque nuit car on y voit à peine sur le sentier qui grimpe sur un coteau où l’on distingue çà et là des arbres. Je crois qu’il s’agit d’oliviers mais, étant donné le peu de lumière, je ne puis l’assurer. Bref, ce sont des arbres de taille moyenne, avec une épaisse frondaison et tordus comme le sont d’ordinaire les oliviers.

       Jésus est seul, vêtu de blanc et de son manteau bleu foncé. Il monte et s’engage parmi les arbres. Il marche d’un pas allongé et tranquille, sans hâte, mais du fait de la longueur de ses foulées il fait, sans se presser, beaucoup de chemin. Il marche jusqu’à ce qu’il atteigne une sorte de balcon naturel d’où la vue s’étend sur le lac, bien paisible sous la lumière des étoiles dont les yeux de lumière fourmillent maintenant dans le ciel. Le silence enveloppe Jésus de son étreinte reposante. Il le détache des foules et de la terre et les lui fait oublier, en l’unissant au ciel qui semble s’abaisser pour adorer le Verbe de Dieu et le caresser de la lumière de ses astres.

        Jésus prie dans sa pose habituelle : debout, les bras en croix. Il a derrière lui un olivier et paraît crucifié sur ce tronc sombre. La frondaison le dépasse de peu, grand comme il est, et remplace, par une parole qui convient au Christ, l’inscription de la croix. Là-bas, il est écrit : « Roi des juifs », ici : « Prince de la paix ». L’olivier pacifique s’exprime bien pour qui sait voir et entendre.

       Jésus prie longuement, puis il s’assied sur le balcon qui sert de base à l’olivier, sur une grosse racine qui dépasse et il prend son attitude habituelle : les mains jointes et les coudes sur les genoux. Il médite. Qui sait quelle divine conversation il échange avec le Père et l’Esprit en ce moment où il est seul et peut être tout à Dieu. Dieu avec Dieu !

       Il me semble que plusieurs heures passent ainsi car je vois les étoiles se déplacer et plusieurs sont déjà descendues à l’occident.

       Au moment où un semblant de lumière – ou plutôt de luminosité, parce que cela ne peut encore s’appeler lumière – se dessine à l’extrême horizon du côté de l’orient, un frisson de vent secoue l’olivier. Il s’apaise, puis il reprend plus fort. Avec des pauses syncopées, il devient de plus en plus violent. La lumière de l’aube qui commençait à peine est arrêtée dans sa progression par une masse de nuages noirs qui viennent occuper le ciel, poussée par des rafales de vent toujours plus fortes. Le lac aussi a perdu sa tranquillité. Il me semble qu’il va subir une bourrasque comme celle que j’ai déjà vue dans la vision de la tempête. Le bruissement des feuilles et le grondement des flots remplissent maintenant l’espace, qui était si paisible peu de temps auparavant.

       Jésus sort de sa méditation. Il se lève. Il regarde le lac. A la lumière des étoiles qui restent et de cette pauvre aube bien malade, il y cherche des yeux la barque de Pierre et la voit s’avancer péniblement vers la rive opposée, mais sans y arriver. Alors Jésus s’enveloppe étroitement dans son manteau dont il relève le bord, qui traîne et qui le gênerait dans la descente, et il le passe sur sa tête comme si c’était un capuchon. Il descend rapidement, non par la route qu’il avait suivie, mais par un sentier rapide qui rejoint directement le lac. Il va si vite qu’il semble voler.

       Il parvient à la rive fouettée par les vagues qui forment sur la grève une bordure bruyante et écumeuse. Il poursuit rapidement son chemin comme s’il ne marchait pas sur l’élément liquide tout agité, mais sur un plancher lisse et solide. Maintenant il devient lui-même lumière. On dirait que le peu de clarté qui parvient encore des rares étoiles qui s’éteignent et de l’aube orageuse se concentre sur lui et forme une sorte de phosphorescence qui éclaire son corps élancé. Il vole sur les flots, sur les crêtes mantes, dans les replis obscurs entre les vagues, les bras tendus en avant. Son manteau se gonfle autour des joues et flotte comme il peut, serré comme il est autour du corps, avec un battement d’ailes.

       Les apôtres le voient et poussent un cri d’effroi que le vent porte à Jésus.

       « N’ayez pas peur. C’est moi. »

       La voix de Jésus, malgré le vent contraire, se propage sans difficulté sur le lac. (...)

Jésus Aujourd'hui est une application qui nécéssite l'utilisation d'un navigateur moderne et l'activation de Javascript.

Il semble que votre navigateur ne remplisse pas ces conditions, pour résoudre ce probleme veuillez essayer ce qui suit :