Partager sur
FR-Evangile-Illustre-2018-04-10 web
April 12, 2021 - Saint Jules Ier
Logo Évangile
L'évangile du jour
« Comment un homme peut-il naître ? » (Jn 3, 1-8)

Il y avait un homme, un pharisien nommé Nicodème ; c’était un notable parmi les Juifs. Il vint trouver Jésus pendant la nuit. Il lui dit : « Rabbi, nous le savons, c’est de la part de Dieu que tu es venu comme un maître qui enseigne, car personne ne peut accomplir les signes que toi, tu accomplis, si Dieu n’est pas avec lui. » Jésus lui répondit : « Amen, amen, je te le dis : à moins de naître d’en haut, on ne peut voir le royaume de Dieu. » Nicodème lui répliqua : « Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il entrer une deuxième fois dans le sein de sa mère et renaître ? » Jésus répondit : « Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair ; ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne sois pas étonné si je t’ai dit : il vous faut naître d’en haut. Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. »


Logo Méditation des Carmes
Méditer avec les Carmes
shutterstock 537847555GIMP

Pour voir le Règne de Dieu, c'est-à-dire pour entrer dans la vie que Dieu nous offre, la vie qui traverse tout, même la souffrance, même la mort, il faut renaître, naître d'en haut, naître de l'eau et de l'Esprit.

Cette naissance, nous la situons dans notre lointain passé, car, au moins pour la plupart d'entre nous, le baptême d'eau et d'Esprit Saint a suivi d'assez près notre naissance selon la chair. Et il est bien vrai que notre baptême est un acte passé, et que nous sommes fils et filles de Dieu une fois pour toutes; mais cette naissance à la vie de Dieu, qui est pour nous liée à une date, au-delà de tout souvenir, ne porte ses fruits que si chaque jour nous nous ouvrons à cette vie qui vient de Dieu. C'est ce que saint Pierre explique dans sa première épître : "Le baptême n'est pas le simple lavage d'une souillure extérieure, mais l'engagement à Dieu d'une bonne conscience" (3,29), donc une démarche à refaire à longueur de vie.

Chaque jour il nous faut réaliser, rendre réelle, cette relation inouïe de fils ou de fille de Dieu.

Chaque jour il nous est donné, par grâce, de revivre cette plongée, cette immersion dans la vie de Dieu qu'a été notre baptême, au-delà de tout souvenir.

Chaque jour il nous faut "naître d'en haut", ratifier notre naissance baptismale en la répétant volontairement, consciemment, filialement, dans l'aujourd'hui de l'Église, là où nous a placés le Seigneur dans son dessein d'amour.

Dieu ne cesse pas de nous engendrer, par son Esprit, à l'image de son Fils.

Dieu ne cesse pas, par son Esprit, de nous "tirer" vers son Fils; et c'est cette œuvre de vie permanente, inlassable, de Dieu en nous que nous sommes appelés à saisir par la foi. L'accueil de la vie de Dieu, c'est cela qui chaque jour donne un sens à notre vie et un vrai contenu à toutes nos rencontres humaines. C'est cela qui demeure essentiel pour chacun et pour tous; et Jésus y insiste : "Ne t'étonne pas si je t'ai dit: Il faut naître d'en haut."

Mais comment percevoir cette vie de Dieu qui nous habite ? Comment aussi situer notre vouloir lorsque le vouloir de Dieu nous échappe, lorsque nous ne savons pas où nous en sommes, et encore moins où et par où l'amour de Dieu nous mène ? Comment gérer cette vie de croyant, où si souvent nous restons pauvres et démunis, riches de désirs, mais sans chemins ?

Jésus vient au-devant de notre désarroi. Comme il l'explique à Nicodème, les chemins de l'Esprit sont souvent déroutants, et il n'est pas anormal d'être dérouté quand on cherche la route de Dieu. "Le vent souffle où il veut, et tu ne sais ni d'où il vient ni où il va." On ne sait pas le tout premier mot ni le dernier mot sur l'Esprit qui nous fait vivre. Il est au-delà de toute mémoire, un peu comme une naissance, et au-delà de tout projet, car il les contient tous et les unifie. Il est au-delà, et pourtant toujours présent à l'instant que nous vivons pour Dieu.

Et c'est là la merveille : "Le vent souffle où il veut, et tu entends sa voix." Le vent est là : il souffle, il passe, il agit. L'Esprit de Dieu est là, force de Dieu qui fait renaître. Aujourd'hui, rien que pour aujourd'hui, il nous est donné d'entendre sa voix, qui nous dit, pour aujourd'hui, les paroles de Jésus; et ce sont les paroles de Pâques, des paroles de baptême, ruisselantes de vie et d'espérance, des paroles d'envoi, qui sont porteuses de paix.

"Tu entends le vent, dit Jésus. Ainsi en est-il de quiconque est né de l'Esprit."


Logo Maria Valtorta
Dans les visions de Maria Valtorta
jesus-parle-a-nicodeme.jpg
Date
4 novembre 27
Lieu
Gethsémani
Livre
Tome 2 - ch 116.5
1ère année vie publique

        (...) Maître, voici Nicodème » dit Jean en entrant le premier.

       On se salue puis Simon prend Jean avec lui et sort de la cuisine pour les laisser seuls.

       « Maître, pardonne-moi si j’ai voulu te parler en secret. Je me méfie, pour toi et pour moi, de beaucoup de gens. Ma conduite n’est pas uniquement lâche. Il y a aussi de la prudence et le désir de t’aider plus que si je t’appartenais ouvertement. Tu as beaucoup d’ennemis. Je suis du petit nombre de ceux qui, ici, t’admirent. J’ai pris conseil auprès de Lazare. Lazare est puissant par sa naissance. On le craint parce qu’il est en faveur près de Rome, juste aux yeux de Dieu, sage par maturité d’esprit et par sa culture. Il est à la fois ton véritable ami et le mien. C’est pour cela que j’ai voulu m’entretenir avec lui et je suis heureux qu’il ait eu le même avis que moi. Je lui ai rapporté les dernières… discussions du Sanhédrin à ton sujet.

       – Les dernières accusations. Dis la vérité toute nue, telle qu’elle est.

       – Les dernières accusations. Oui, Maître. J’étais sur le point de dire : “ Eh bien, moi aussi, je suis des siens ”, pour qu’au moins, dans cette assemblée, il y ait quelqu’un en ta faveur. Mais Joseph, qui s’était approché de moi, m’a dit tout bas : “ Tais-toi. Gardons secrète notre manière de voir. Je te parlerai après. ” Et, à la sortie, il m’a dit, oui, réellement : “ Cela vaut mieux ainsi. S’ils savent que nous sommes disciples, ils nous tiendront à l’écart de leurs pensées et de leurs décisions, et ils peuvent lui nuire et nous nuire. S’ils pensent que nous sommes simplement intéressés par son enseignement, ils n’agiront pas en cachette de nous. ” J’ai compris qu’il avait raison. Ils sont tellement… mauvais ! J’ai encore mes intérêts et mes devoirs… et Joseph aussi… Tu comprends, Maître.

       – Je ne vous fais aucun reproche. (...)

Jésus Aujourd'hui est une application qui nécéssite l'utilisation d'un navigateur moderne et l'activation de Javascript.

Il semble que votre navigateur ne remplisse pas ces conditions, pour résoudre ce probleme veuillez essayer ce qui suit :